Flickr/Toru_Okada

La volonté du gouvernement, ex abrupto, de créer une « convention sur les discriminations » laisse songeur. Quelle en serait l’utilité concrète, si ce n’est pour cet exécutif encore hors-sol, de « découvrir » la réalité que de trop nombreux·ses Français·es connaissent trop bien ? Sexisme, racisme, antisémitisme, LGBTIphobie, sérophobie, grossophobie, âgisme, handiphobie, glottophobie, « pauvrophobie »… la liste est très longue et bien trop connue ! Qui est dupe de cette improvisation ?

Vie et vécu des Français·es : terra incognita ?

Alors que le gouvernement dispose de tous les moyens pour ne pas simplement réagir, mais véritablement agir contre les discriminations (LCD) et pour le combat pour des droits effectifs, la proposition d’un futur « comité théodule », tombant brutalement du ciel et sans concertation sur ses membres et prérogatives, renforce l’idée que ces sujets ne sont vraiment pas pris au sérieux par M.Macron et ses ministres. S’agirait-il – encore – d’un artifice pour faire mine d’agir, et occuper plus les médias, d’ici les élections départementales et régionales de juin 2021 ?

Pourquoi ne pas se saisir du travail de fond des multiples associations et ONG de divers ordres, dont les structures LGBTI+ sérieuses, qui travaillent chaque jour sur ces sujets et les maîtrisent, sur les différentes thématiques ? Pourquoi ne pas utiliser les outils, travaux et avis de la Défenseure des droits, de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), des observations et des recommandations du Haut conseil à l’égalité femmes hommes, du Haut conseil à l’intégration, notamment ?

Si les intentions du gouvernement sont sincères, alors il est important que les associations soient auditionnées afin d’éviter que cette convention ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau.

Appliquer les lois, pas redécouvrir la lune

Le droit français (et européen !) n’est pas muet sur les questions de la discrimination. Si des progrès sont toujours possibles, et des améliorations jamais inutiles, appliquer les textes existants déjà serait un très grand pas, possible quasi immédiatement. Prendre en compte les propositions formulées à plusieurs reprises par des associations et les organismes gouvernementaux serait la moindre des choses… et plus efficace qu’une série de monologues ministériels prétendant ainsi « réinventer la roue ».

Nous n’avons pas le temps de telles plaisanteries politiciennes, les victimes – notamment LGBTI – souffrent chaque jour, leurs vies sont parfois en danger à très court terme. Elles ne peuvent absolument pas attendre alors que les diagnostics sont bien connus et que les solutions sont assez évidentes, moyens en sus à la clef.

À l’heure où le président Macron ose dire : « Nous assistons à une forme de primat de la victime. La victime a raison sur tout. Son discours l’emporte sur tout et écrase tout », il est permis de douter de la sincérité de cette soudaine démarche et surtout de la volonté de dégager les moyens nécessaires pour aboutir rapidement à des résultats probants.

Prise de conscience antidiscriminations, OUI; négation du vécu des victimes, NON !

Enfin, le tragique exemple des interminables « états généraux » de la bioéthique, ouvertement noyautés par des religieux extrémistes et homophobes, qui ont abouti à un texte bancal et encore bloqué dans le formol législatif, laisse craindre le pire. Le déchaînement des discours de haine, les (dé) considérations personnelles de personnes non concernées, qui viendraient expliquer les tenants et aboutissants de discriminations qu’ils ne subissent pas et n’ont jamais connues ne sont pas des inquiétudes, mais une réalité bien vécue.

Plus simplement hélas, on ne peut qu’avoir peur que la reprise du discours entendu quotidiennement sur les positionnements soi-disant victimaires et le refus de simplement écouter les témoignages de celles et ceux qui n’ont pas accès à ce que la République doit offrir à toutes et tous, soit le substrat final de la petite expérience sociologique qu’entend s’offrir le gouvernement pour se dédouaner de son inaction.

Si le gouvernement veut sincèrement agir pour lutter contre les discriminations, il devrait lancer un grand plan de sensibilisation et de mobilisation de l’ensemble des agents publics afin d’évaluer leurs pratiques administratives et les faire évoluer vers plus d’inclusion et moins de discrimination.

Discriminations : le gouvernement va lancer une consultation citoyenne en ligne

Texte cosigné par la Commission LGBT d’EELV

 

 

 

Logo du comité Génération·s LGBTI+

le Comité LGBTI+ de Génération·s

 

 

 

– HES LGBTI+

et HES LGBTI+