L’Association LGBT estonienne est une structure regroupant les personnes LGBT en Estonie, elle organisait lundi 21 octobre, une soirée de dialogue et sensibilisation à la Maison de la jeunesse de Pärnu sur les sujets et thématiques LGBT dans le pays.

EKRE members, supporters crash LGBT event in Pärnu

Des dirigeants du Parti populaire conservateur d’Estonie (EKRE), qui est membre du parti européen d’extrême droite que le Rassemblement national dirige, ont choisi de se rendre à cet évènement pour l’attaquer. L’EKRE fait partie la majorité estonienne actuelle.

Ils sont rentrés dans la salle par la provocation et la menace pour finir par perturber l’évènement par leur comportement violent, obligeant à son arrêt, et à son déplacement. Dans leur communication, les membres de cette structure d’extrême droite ont cherché à se victimiser en questionnant les évènements LGBT « communautaires » qui sont « financés par les contribuables ».

La présidente de l’association, Kristel Rannaääre, a dû appeler la police. Bien organisés en amont, ces militants d’extrême droite démontrent leur haine d’une société civile qui s’organise et des personnes LGBTI qui visibilisent leur combat et le diffusent dans l’espace public.

Cette rhétorique haineuse et qui cherche à dresser les citoyen·nes, les un·es contre les autres est la même que celle des responsables et militants d’extrême droite en France qui continue à discourir sur « la LGBT », « les mouvements communautaires » et nourrissent une image de privilégiées des personnes LGBTI, que la « bien-pensance » seule défendrait.

En Estonie, comme en France et dans toute l’Europe, l’extrême droite est une ennemie des personnes LGBTI, une ennemie de la liberté et de l’égalité et les partis qui l’incarnent ou reprennent ses valeurs sont à combattre partout. HES apporte son soutien à l’Association LGBT estonienne et à sa présidente Kristel Rannaääre.