Le 16 février 2017, l’Assemblée nationale adoptait le « délit d’entrave à l’IVG » pour permettre la fermeture des sites de « désinformation » sur l’interruption volontaire de grossesse visant à décourager et culpabiliser les femmes souhaitant simplement s’informer sur l’IVG.

Deux ans plus tard, le 19 septembre 2019, n’importe quel internaute souhaitant s’informer sur la PMA ou la GPA a de fortes chances de se retrouver sur le site créé et promu par des groupes réactionnaires. Derrière cette adresse web plutôt sobre se cache une entité bien connue du militantisme réactionnaire en France : « La Manif pour Tous » (dite « LMPT », qui d’ailleurs est reconnue comme parti politique).

Pour le savoir, inutile de chercher l’habituel onglet « Qui sommes-nous ? ». Il faudra descendre tout en bas de la page d’accueil pour atteindre l’onglet « mentions légales ». Autant dire que ce site, se présentant comme un site d’information quelconque, est tout sauf objectif, neutre ou transparent.

Mensonges et confusion sur la PMA GPA

Aussi, si vous vous retrouvez sur ce site, car vous êtes intéressé.e par une PMA, vous apprendrez que vos « enfants ne connaîtraient jamais leur père […] l’absence de père est un manque immense, de la petite enfance à l’âge adulte, pour un garçon comme pour une fille. ». Pire encore, que « La PMA sans père, c’est l’ouverture d’une boîte de Pandore qui conduirait à la gestation pour autrui (GPA) et à bien d’autres dérives (sic) ».

Ce site qualifie également les enfants nés ou à naitre d’une PMA « sans père » d’orphelins sans histoire et fait un rapprochement insidieux entre mal-être, suicide et forme familiale. De plus, l’adresse du site choisit de confondre la PMA à la GPA pourtant bien différentes (différents pays ont légalisé la PMA, mais pas la GPA).

De la désinformation pure et simple

Finalement, alors que vous cherchiez simplement à vous informer sur une méthode déjà légale en France pour les couples hétérosexuels et qui pourrait peut-être vous aider à fonder une famille, vous devenez tout d’un coup une future mère indigne, privant son enfant d’une « vraie famille » et qui, par son égoïsme, guidera probablement son enfant vers un grand mal-être voire le suicide.

Nous demandons que le gouvernement prenne des mesures afin d’éviter que les sites militants diffusant des mensonges et véhiculant un discours de haine prennent l’apparence de site d’information « neutre ».  énième site de désinformation ayant un objectif clair : culpabiliser les femmes.

Laisser de tels sites prospérer revient à laisser le monopole de l’information en ligne à des militants réactionnaires. Ce sont des propos identiques à ceux de ce site qui sont à l’origine d’un mal-être pour les enfants et leurs familles.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, et Nicolle Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice ont les moyens d’agir.