Retrouvez le communiqué de HES·Socialistes LGBT+ à la suite de la lettre ouverte de députés du groupe des Socialistes et Démocrates au Parlement européen demandant des sanctions contre le PSD roumain.

2018 10 lettre depute europeens psd

Différent·e·s député·e·s du groupe des Socialistes et Démocrates au Parlement européen (@TheProgressives) ont signé une lettre ouverte au groupe et à son président Udo Bullman.

Celle-ci revient notamment sur les dernières manœuvres du Parti social-démocrate de Roumanie (PSD) lors du référendum avorté sur l’interdiction dans la constitution du mariage des couples de même sexe que HES·Socialistes LGBT+ avait dénoncées.
Avec le bidouillage de la loi électorale, les campagnes haineuses, les propos homophobes du président du PSD c’est toute une échelle de valeurs contraires à ce que les socialistes et la gauche portent qui a été adoptée et défendue par un parti, pourtant encore membre du Parti socialiste européen.

C’est également une violation des stratégies LGBTI adoptées respectivement par le PSE et le groupe des Socialistes et Démocrates.

Citant également « les multiples tentatives d’affaiblissement de la lutte contre la corruption et du contrôle de la justice, les violences et répressions policières envers la population et les entraves à l’État. », la lettre des député.e.s continue dans la voie que HES·Socialistes LGBT+ et la Délégation socialiste française au Parlement européen avaient déjà empruntée en demandant à ce que ces déclarations et agissements ne restent pas sans réponse de notre famille politique.

Ainsi que HES·Socialistes LGBT+ le demandait, comme l’avait souligné les député·e·s européen·ne·s socialistes français·e.s lors de différentes interventions, Cette lettre réclame qu’une action politique ait lieu à l’encontre d’une délégation ayant bafoué nos valeurs et mis en danger la vie des personnes LGBT+, que la gauche et les socialistes, comme l’Europe, doivent protéger.

Nous lui apportons, évidemment, notre soutien. Nous espérons également que le PSD apporte tout son soutien à la récente proposition de loi sur les partenariats civils.