Voici le com­mu­niqué d’H­ES après le blocage du débat sur la propo­si­tion de loi “APIE” par l’UMP.

Voici le com­mu­niqué d’H­ES après le blocage du débat sur la propo­si­tion de loi “APIE” par l’UMP.

En déposant 700 amende­ments sur la propo­si­tion de loi rel­a­tive a l’au­torité parentale et à l’in­térêt de l’en­fant qui com­porte 20 arti­cles, l’UMP est par­v­enue à blo­quer le fonc­tion­nement du par­lement.

Sans pro­jet ni vision sur la néces­saire réor­gan­i­sa­tion du droit des familles, l’UMP tente, comme l’an dernier, de ridi­culis­er l’assem­blée à force d’a­mende­ments absur­des, con­tra­dic­toires ou réac­tion­naires et même par­fois com­muns avec l’ex­trême-droite : inter­dic­tion d’adopter pour les cou­ples homo­sex­uels, temps de garde de chaque par­ent pro­por­tion­nel à leur investisse­ment financier, etc.

Homo­sex­u­al­ités et Social­isme (HES – Social­istes les­bi­ennes, gais, bi et trans) est atter­rée par l’an­tipar­lemen­tarisme de fait de l’UMP.

Dans un pays, le notre, où 6 enfants sur 10 nais­sent de par­ents non mar­iés, ou 1 mariage sur 3 se sol­de par un divorce, où 2 familles sur 10 sont des familles mono­parentales, où les familles homo­parentales exis­tent, l’UMP n’a d’autre chose à pro­pos­er que, comme le déclarait le député N. Dhuicq mar­di soir dans l’hémi­cy­cle, de “rétablir le code civ­il de 1804”. En 2014, le par­ti sarkozyste entend incar­n­er l’avenir en se faisant le garde chiourme de la famille napoléoni­enne !

Cette propo­si­tion de loi doit retrou­ver place au plus vite à l’or­dre du jour de l’Assem­blée nationale. D’au­tant plus qu’il lui reste un par­cours par­lemen­taire à accom­plir avant d’être pro­mul­guée et que les députés doivent s’emparer d’autres réformes indis­pens­ables en matière de droit des familles.