L’ADFH a sorti un nouveau sondage mardi 11 juin sur le soutien des Français·es à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, et le lendemain, le Premier ministre Édouard Philippe indiquait que la loi bioéthique, comprenant l’ouverture la PMA et des éléments sur la filiation et l’accès aux origines serait présentée en septembre aux parlementaires.

Sorti ce mardi 11 juin, un nouveau sondage commandé par l’Association des Familles Homoparentales (ADFH) continue à dresser le portrait d’une société française qui soutient toujours plus largement l’ouverture de la PMA à toutes les femmes et sa prise en charge par notre système de protection sociale. Le Premier ministre a enfin annoncé hier que cela fera partie de la loi bioéthique qui sera proposée fin septembre aux parlementaires.

Ces nouveaux chiffres se rajoutent aux précédents et confirment encore, vague après vague, que nos concitoyen·ne·s sont prêts.

Que la société française est prête et depuis longtemps déjà, à ce que les techniques médicales d’aide à la procréation soient enfin accessibles à toutes les femmes, alors qu’elles sont autorisées en France depuis près de 25 ans. 64 % de personnes favorables, contre 60 % en 2017 et 53 % en 2014…

La frilosité des pouvoirs publics depuis trop d’années, les promesses sans cesse repoussées, et les atermoiements de ministres diffusés dans la presse, une liberté de vote sur un texte « très compliqué »… Un faisceau important qui démontre un contexte pour ce projet de loi, déjà long à arriver au législateur, qui fait craindre le pire.

Ce même contexte qui a poussé à des positionnements de façade, qui a poussé des élu·e·s à donner du crédit à des groupes réactionnaires bruyants mais minoritaires, à libérer des paroles et des actes de haine contre les personnes LGBTI+ et notamment les lesbiennes.

Une possibilité rendue d’autant plus facile par des médias plus enclins à présenter les positions sur la PMA comme de simples antithèses qu’il fallait confronter au même niveau, plutôt que de révéler les choix de société et les volontés politiques que masquait le discours marginal de ses opposants. Et la cruelle absence, le manque flagrant des militantes et militants de l’égalité, des couples de femmes, des femmes célibataires, des familles que la PMA a permis sur les plateaux et dans les reportages n’ont fait qu’accentuer cela.

Le sondage de l’ADFH est clair, les précédents ne l’étaient pas moins. L’ouverture de la PMA, la filiation, la prise en charge par la protection sociale, tout sera observé par les associations dans les prochaines semaines, pour que notre pays ait enfin la loi qu’il est en droit d’attendre.

Les résultats du sondage commandé par l’ADFH
Depuis 1990, le soutien à l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes célibataires est passé respectivement de 24 % et 53 % des sondés à 64 % et 66%.