Ce petit pas – sym­bol­ique pour l’heure, tant le chemin jusqu’à la pro­mul­ga­tion reste long – est une avancée, un sig­nal posi­tif fort.‬

‪Il est terni par de longues années d’attente, des décep­tions pro­fondes et recon­nues, ren­dez-vous man­qué par la précé­dente man­da­ture.

Reste que cette majorité demeure inca­pable de vrai­ment porter le texte, et laisse enten­dre un vote final en juin 2020. La loi Taubi­ra débattue dans une ambiance pro­fondé­ment délétère, avec une oppo­si­tion faisant bloc con­tre le texte, et des mou­ve­ments réac­tion­naires enhardis par une nui­sance médi­a­tique invraisem­blable a mis 6 mois pour être pro­mul­guée. La PMA, pour­tant depuis longtemps annon­cée, après de mul­ti­ples avis posi­tifs d’instances, dont celui du CCNE en 2017, a encore de nom­breux arti­cles qui doivent être votés, et une navette par­lemen­taire à effectuer.

Ce texte con­tient d’ailleurs des man­ques impor­tants, révéla­teurs, qui devront être comblés lors de prochains travaux par­lemen­taires, en dépit des rejets de la droite et de cette même majorité. Qui avait jugé utile de définir une fil­i­a­tion spé­ci­fique en fonc­tion de l’orientation sex­uelle !

On ne peut que con­stater avec regrets la dif­fi­culté de cette majorité, de notre société, avec une dis­po­si­tion légale exis­tant chez tant de nos voisins européens depuis tant d’années.

Car avec l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, la France serait le 11e pays à ouvrir ce droit, bien loin de l’aventurisme aux­quels des opposants man­quants d’argument crédi­bles con­tin­u­ent de vouloir nous faire croire.

Les asso­ci­a­tions, dont HES, res­teront mobil­isées dans les semaines qui vien­nent, et par la suite, pour con­tin­uer à porter l’idéal d’une société éman­ci­patrice, œuvrant pour l’égalité et pour la dig­nité de tou·tes les citoyen·nes.

L’ouverture de la PMA aux cou­ples de les­bi­ennes et aux femmes céli­bataires sera un jalon sup­plé­men­taire dans la lutte pour les droits LGBTI, une étape sig­ni­fica­tive dans le com­bat pour les droits des femmes, une nou­velle pierre apportée à notre édi­fice répub­li­cain.