Mal­gré la crise san­i­taire lourde, jamais vue, que notre pays tra­verse (comme le reste du monde)  et en dépit du manque chronique de moyens humains et financiers, plusieurs asso­ci­a­tions LGBTI+ con­tin­u­ent d’œuvrer chaque jour.

Les actions de sol­i­dar­ité, à des­ti­na­tion de pop­u­la­tions que la sit­u­a­tion que nous con­nais­sons peut pré­caris­er davan­tage, con­tin­u­ent. Elles sont relayées par les comptes des réseaux soci­aux de ces asso­ci­a­tions et per­me­t­tent à cha­cune et cha­cun de les relay­er, de les appuy­er, éventuelle­ment par des dons.

Des publics variés et différemment touchés

Cette sit­u­a­tion souligne forte­ment le rôle cru­cial, de qua­si-ser­vice pub­lic, que ces asso­ci­a­tions, comme tant d’autres, jouent à leur échelle. Que ce soit auprès des séniors, des pop­u­la­tions LGBTI migrantes, des jeunes qui peu­vent se trou­ver piégés au milieu de l’hostilité voire en rup­ture famil­iale, des tra­vailleuses et tra­vailleurs du sexe — pour qui une sit­u­a­tion « nor­male » est sou­vent déjà dif­fi­cile — les per­son­nes vivant avec le VIH, les per­son­nes trans qui sont ou ont pu entr­er dans un par­cours de soins trop sou­vent stop­pé par la sit­u­a­tion…

Se souci­er des plus isolés, de celles et ceux qui sont plus touchés par cette sit­u­a­tion, faire remon­ter les actions engagées… Que ce soit Aides, l’Ardhis, GreyPride, des asso­ci­a­tions trans, d’aide et de con­vivi­al­ité pour les jeunes… dif­férentes ini­tia­tives à plusieurs niveaux per­me­t­tent de con­tin­uer à main­tenir un lien et une entraide au sein des com­mu­nautés LGBTI. Les lieux de vie et de con­vivi­al­ité LGBTI agis­sent aus­si pour ren­forcer des liens exis­tants et en créer de nou­veaux. 

Le manque de financement est chronique

Alors que le min­istre des Comptes publics ose lancer un appel aux dons pour l’hôpital pub­lic, il faut rap­pel­er que les choix économiques, budgé­taires sont des choix poli­tiques. Que le sous-finance­ment chronique des asso­ci­a­tions LGBTI, et plus large­ment de tout le tis­su asso­ci­atif, est dom­mage­able pour tout le tis­su social.

Dans la lutte con­tre l’épidémie, il ne faut pas pass­er sous silence les risques pour les droits et lib­ertés avec les util­i­sa­tions des don­nées télé­coms, la géolo­cal­i­sa­tion, qui toucheraient toutes les per­son­nes. L’impératif de san­té publique et de pro­tec­tion des vies ne peut servir de pré­texte à de prochaines étapes de con­trôle, en France ou dans l’Union européenne, des per­son­nes et de leurs don­nées per­son­nelles.

Faire attention aux droits

Dans les moments de crises, les meilleurs gardes-fous restent la démoc­ra­tie, les droits fon­da­men­taux et l’état de droit. Les recom­man­da­tions de la CNIL, du Défenseur des droits, devront être les balis­es à suiv­re pour les pou­voirs publics.

Face à cette crise, il n’y aura pas de nou­velles sol­i­dar­ités à inven­ter, mais bel et bien les mêmes à dévelop­per encore davan­tage, à recon­naitre et con­stru­ire. Celles que nous con­nais­sons, celles que l’on a créées ou sol­lic­itées, seront à remet­tre en avant comme le mot d’ordre d’une société à défendre. Celle qui remet les humains au cœur de son pro­jet, tou·te·s les humains.

Un recensement des initiatives associatives

Les asso­ci­a­tions le démon­trent régulière­ment, et sont à l’avant-poste dans cette crise que nous tra­ver­sons, il nous fau­dra nous en sou­venir dans les mois et années qui viennent.Retrouvez le recense­ment des actions et lieux d’entraide pour les per­son­nes LGBTI réal­isé par l’Inter-LGBT sur son site : http://www.inter-lgbt.org/urgence-covid-19/

L’Interassociative les­bi­enne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT)

créée sous le nom de Les­bian & Gay Pride Île-de-France en 1999, par­ticipe d’un mou­ve­ment qui, depuis 30 ans, inscrit sur la place publique la ques­tion de l’orientation et de l’identité de genre, par le biais de man­i­fes­ta­tions reven­dica­tives à car­ac­tère fes­tif. Son but : lut­ter con­tre les dis­crim­i­na­tions fondées sur les mœurs, l’orientation ou l’identité de genre, dans le cadre de la pro­mo­tion des droits humains et des lib­ertés fon­da­men­tales.
L’inter-LGBT regroupe des dizaines d’as­so­ci­a­tions LGBTI français­es.