Voici le communiqué d’HES faisant le point sur la mise en œuvre des décisions prises à l’occasion de la rencontre du 30 juin entre le président de la République et les associations LGBT.

20160708 elysee suite

Une semaine après la rencontre du président de la République avec les associations LGBT, trois des engagements convenus ont été tenus. HES (socialistes lesbiennes, gays, bi et trans) s’en réjouit et, instruite par l’experience, demeure attentive.

Les sites d’information juridiques du gouvernement ont été mis à jour afin de ne plus présenter la notion juridique de « possession d’état » de manière discriminatoire (1).

Marisol Touraine a adressé une lettre au président de l’Ordre des médecins lui indiquant qu’elle abrogeait la circulaire du 14 janvier 2013. De plus, la ministre a affirmé dans un communiqué que « toutes les femmes enceintes, quel que soit le mode de conception auquel elles ont eu recours, ont dans notre pays le même droit : celui de bénéficier d’un suivi médical de qualité, partout sur notre territoire » (2).

Enfin, Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, s’est mis au travail, et s’est exprimé clairement sur ses intentions : « quand on tombe sur des contenus racistes et homophobes, on ne peut pas détourner les yeux des seconds d’autant que souvent les acteurs de la haine sont les mêmes. Il y a une convergence des haines, donc il doit y avoir une convergence des luttes. Cela me paraît évident » (3).

Reste, notamment, à connaître le sort réservé par le gouvernement et son premier ministre aux amendements au projet de loi «Justice du 21e siècle» déposés par Pascale Crozon et Erwann Binet afin de démédicaliser et de dépsychiatriser clairement le changement de la mention du sexe à l’état civil (4). L’Assemblée nationale en débattra lundi 11 juillet.

Reste également, pour le gouvernement, à déterminer la manière dont il compte sortir de la situation absurde dans laquelle la France se trouve au sujet de la PMA. Comme l’ont noté Corinne Narassiguin, porte-parole du parti socialiste et Denis Quinqueton, président d’HES, dans une tribune parue sur le Huffingtonpost.fr, « alors que, du Président aux députés de la majorité, nombre de dirigeants de ce pays jugent injustifiées les discriminations dans l’accès à la PMA, (…) alors que 54 % des français sont favorables à ce que toutes les femmes aient accès à la PMA, l’état du droit français fait que la PMA est autorisée en France pour les couples hétérosexuels et, à l’étranger, pour les couples homosexuels et les célibataires… »

HES reste vigilante. Dans l’immédiat, elle vous donne rendez-vous, avec HES – Lyon, à la 21e marche des fiertés LGBT de Lyon, samedi 9 juillet : départ à 14 h au lycée du Parc.

 


(1) Notamment service-public.fr

(2) Communiqué de la ministre des affaires sociales et de la santé du 8 juillet 2016.

(3) Sur le site Slate.fr

(4) Le dossier législatif sur le site de l’Assemblée nationale est la.