HES (social­istes les­bi­ennes, gais, bis et trans) salue la déci­sion claire de la jus­tice dans l’affaire du mariage refusé puis annulé de deux femmes à Mar­seille. L’adjointe – aujourd’hui heureuse­ment privée de sa fonc­tion – à la maire du 8e secteur, élue sur la liste de la social­iste Samia Ghali, rechig­nait à mari­er deux femmes, s’était livrée dans ce but à des mesures dila­toires et s’était ren­due coupable de faux en écri­t­ure publique. Son atti­tude irre­spon­s­able avait con­traint les deux épous­es à se remari­er quelques semaines après leur mariage.

En con­damnant Sab­ri­na Hout à 5 mois de prison avec sur­sis et inscrip­tion au casi­er judi­ci­aire, en accor­dant à cha­cune des deux épous­es 1 200 euros de dom­mages et intérêts, le Tri­bunal cor­rec­tion­nel de Mar­seille a dit le droit : le Code civ­il n’est pas une option soumise à des croy­ances religieuses. Il a rap­pelé aux étourdi·e·s que mal­gré un débat préal­able out­ranci­er, une loi votée par le Par­lement et pro­mul­guée par le Prési­dent s’applique. Ça s’appelle l’État de droit, com­mun à l’ensemble des citoyen·ne·s de notre pays.