HES (socialistes lesbiennes, gais, bis et trans) salue la décision claire de la justice dans l’affaire du mariage refusé puis annulé de deux femmes à Marseille. L’adjointe – aujourd’hui heureusement privée de sa fonction – à la maire du 8e secteur, élue sur la liste de la socialiste Samia Ghali, rechignait à marier deux femmes, s’était livrée dans ce but à des mesures dilatoires et s’était rendue coupable de faux en écriture publique. Son attitude irresponsable avait contraint les deux épouses à se remarier quelques semaines après leur mariage.

En condamnant Sabrina Hout à 5 mois de prison avec sursis et inscription au casier judiciaire, en accordant à chacune des deux épouses 1 200 euros de dommages et intérêts, le Tribunal correctionnel de Marseille a dit le droit : le Code civil n’est pas une option soumise à des croyances religieuses. Il a rappelé aux étourdi·e·s que malgré un débat préalable outrancier, une loi votée par le Parlement et promulguée par le Président s’applique. Ça s’appelle l’État de droit, commun à l’ensemble des citoyen·ne·s de notre pays.