Emmanuel Macron, se rend aujourd’hui et demain en visite officielle en Pologne. Au cours de cette première visite depuis le début de son mandat, il rencontrera son homologue Andrezj Duda ainsi que le Premier ministre Mateusz Morawiecki.

Or, en Pologne, depuis plusieurs années, le nombre d’actes commis à l’encontre des personnes lesbiennes, gays, bi, trans et intersexes (LGBTI) a explosé. Ces atteintes aux droits de ces personnes sont tant le fait d’individus que des autorités polonaises au travers, notamment, de politiques publiques discriminatoires.

Des Zones sans LGBTI qui sont la honte de l’Europe

En août 2019, près de 90 entités locales polonaises revendiquaient l’exclusion des personnes LGBTI de leur territoire, en les déclarant “Zones sans LGBTI”. En utilisant les voies de droit à leur disposition et prétendant se référer à des valeurs ‘’chrétiennes et traditionnelles’’, les provinces stigmatisent les personnes LGBTI et nourrissent une institutionnalisation des LGBTI-phobies.

Ces “Zones sans LGBT” sont sans précédent au sein de l’Union européenne. Elles bafouent violemment les principes d’égalité, de liberté et de respect de la dignité, chers à la France et à l’Europe.

L’existence de politiques visant à stigmatiser et marginaliser les personnes LGBTI doit nous alerter et nous faire réagir. Cette homophobie et transphobie d’Etat doit être dénoncée, condamnée et sanctionnée au niveau européen et international. C’est d’ailleurs en ce sens que le Parlement européen a adopté une résolution demandant « à la Pologne de condamner fermement la discrimination à l’encontre des personnes LGBTI, y compris lorsqu’elle provient d’autorités locales ».

Une parole inexistante des autorités françaises

Le silence du Gouvernement français est assourdissant à ce sujet : ni le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ni la Secrétaire d’État aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, n’ont eu un mot pour condamner cette situation.

Alors que le Gouvernement affirme être pleinement engagé dans le combat contre les discriminations à l’égard des personnes LGBTI, il est urgent qu’il réaffirme avec force sa détermination à faire de l’Union européenne un espace effectif de liberté pour toutes et tous.

Nous exprimons notre solidarité avec les personnes LGBTI vivant en Pologne, confrontées à la stigmatisation et à une forme de persécution intolérable. Emmanuel Macron ne doit pas rester silencieux lors de sa visite officielle sur la situation des personnes LGBTI. Nous demandons au Président de la République, qu’il s’exprime publiquement, sur ce sujet, lors de sa visite à Varsovie afin que cesse au plus vite cette situation indigne au regard des valeurs européennes.

Les signataires :

Paris en Commun/Fiertés en Commun, Amnesty international France, la Ligue des droits de l’Homme, Centre LGBT de Paris – Île-de-France, SOS homophobie, EGPA (Association européenne des policiers LGBTI), ARDHIS (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’immigration et au séjour), FLAG ! Intérieur et Justice LGBT+, Le Refuge, Urgence Homophobie, Beit Haverim, HES LGBTI+, Générations LGBTI+, Stop homophobie

 

Version anglaise :

Emmanuel Macron is on a state visit to Poland today and tomorrow. During this visit, a first since his election, he will meet with his counterpart Andrezj Duda and Prime minister Mateusz Marawiecki.

Yet, over the past few years, acts of violence against lesbians, gays, bi, trans and intersex (LGBTI) persons have sharply increased all over Poland. These infringements on their human rights have been committed by individuals and by polish authorities, notably through discriminatory public policies.

As of August, 2019, more than 90 polish local authorities were thus publicly shunning LGBTI persons from their territory, declaring them « LGBT-free zones” By availing themselves of their legal prerogatives, and claiming to defend “Christian and traditional” values, the provinces in question stigmatise LGBTI persons and contribute to enshrining LGBTI-phobia into public policy.

These “LGBT-free zones” have no precedent in the European Union. They violently flout the values of equality, freedom, respect and dignity that France and the European Union care strongly about.

The very existence of policies targeting and stigmatizing LGBTI persons should alert us and move us to act. This state-sponsored homophobia must be called out, condemned and sanctioned. This is precisely why the European Parliament passed a Resolution calling on Poland “to firmly condemn discrimination against LGBTI people, including when it originates from local authorities ».

The French government’s guilty silence on this issue is deafening : neither Foreign affairs Minister Jean-Yves Le Drian nor State secretary for European affairs Amélie de Montchalin have expressed a condemnation of this situation.

As the government claims it is fully engaged in combatting discriminations against LGBTI persons, it should urgently state its firm commitment to making Europe an effective area of freedom for all.

We wish to express our solidarity with all LGBTI persons living in Poland who are faced with unbearable stigmatisation and persecution. French president Macron cannot stay silent during his state visit to Poland. We urge him to publicly mention this issue during his stay in Warsaw, so as to put an end as soon as possible to this situation which goes against our European values.