Dans une campagne électorale atone et à très bas bruit, étouffée par le sillage de la crise du covid, le déchaînement des extrémistes, la guerre en Ukraine, le manque de courage du candidat-président Macron qui refuse tout vrai débat se voit cruellement. La variété des sujets abordés est hélas très faible, et les thématiques LGBTI+ ont disparu des médias, aucun ne vient pointer le médiocre « bilan » de 5 années de macronisme sur ces sujets. 

De rares avancées toutes obtenues au dernier semestre du quinquennat et grâce à la pression des associations

De 2017 à aujourd’hui, la France a perdu la place qu’elle avait pu atteindre grâce à la gauche dans les classements internationaux pour les droits LGBTI+. Arrivée 5e en 2017 et obtenant 73 % de satisfaction des critères lors de la dernière analyse. Jamais notre pays n’a retrouvé la place qu’il avait su atteindre dans le classement annuel publié chaque mois de mai par l’ILGA-Europe. Cette triste donnée reste incontestable.

En dépit du pinkwashing de cette majorité, un outil facile à utiliser dans un contexte d’oublis rapides des mémoires et d’une actualité abondante qui en chasse toujours d’autres, sans compter les officines qui enjolivent et réécrivent le déroulement précis des décisions, les faits, comme nous, sont têtus !

Du vent et des girouettes

Force est de constater que les interchangeables ministres et parlementaires de Macron ont, en 5 longues années, trop traîné, varié leurs objectifs, changés de positions et arguments au sujet des textes, règles et lois qui ont un impact sur la vie réelle des LGBTI+, et n’auront fini par agir qu’au pied du mur, devant des associations exaspérées par les indécisions et les refus. Conscients aussi qu’une case à cocher en fin de mandat leur serait utile plus tard dans les triangulations électoralistes dans lesquelles ils se complaisent.

Humanisme de façade, hésitations marketing, tête-à-queue sondagiers, improvisations et reculades, le macronisme s’applique aux sujets LGBTI comme à tous ceux qu’il a traité. N’hésitant pas à utiliser de positions matamoresques et de slogans creux pour prétendre jouer les hérauts d’une cause qu’il a si souvent attaqué.

L’arrivée tardive d’une PMA décriée par les associations et le jeu déplaisant avec les thérapies de conversion sont de maigres autosatisfecits face à la longue litanie de choix, actions, discours et réalisation de ce que le macronisme aura fait depuis 2017. Dans les urnes, en avril et en juin, nous engageons chacune et chacun à s’en souvenir.

En 5 ans de pouvoir de Macron/LREM (2017 > 2022), voici un recensement (non exhaustif) de fautes et manquements de Macron et son parti LREM sur les LGBTI+.

  1. Des ministres importants (G. Darmanin, B. Lemaire, J.-M. Blanquer) et moins importants (M. Fesneau, S. Lecornu, N. Elimas, J. Gourault, J.-S. Lemoyne..) avaient toujours été contre les lois d’égalité et les droits LGBT : Pacs, mariage, adoption et PMA, 
  2. Plusieurs députés et sénateurs élus avec la photo de Macron et l’étiquette LREM sont de fait hostiles aux LGBT, voire très homophobes : A. Thill, J. Son-Forget, J.-L. Bourlanges, J.-M. Fauvergue, C. Isaac-Sibille, M. Amiel, A. de Belenet, O. Serva, M. Wonner, G. Bannier, N. Rauscent, M. Lévrier l’ex-élue francilienne (Yvelines) A. Cerighelli, complotiste et homophobe multicondamnée depuis, fut, elle aussi, encartée LREM. 
  3. Aux municipales du printemps 2020, mais aussi pour les départementales et régionales de juin 2021, des alliances concrètes ou diffuses entre la droite LR-UDI très homophobe et LREM (y compris via ses alliés de droite, Modem et « Agir ») ont aussi eu lieu, et pas qu’au 1er tour ou en PACA.
  4. Macron qui a multiplié les courbettes officielles devant les évêques catholiques (aux Cordeliers à Paris, à Lourdes) et le Vatican, osant aussi prétendre que la gauche aurait maltraité les réactionnaires de « la manif pour tous (LMPT) », en les humiliant, en accueillant aussi en grande pompe de hauts responsables religieux anti-LGBT.
  5. Macron a aussi reçu avec faste, et a même décoré, des chefs d’État très anti-LGBT : l’américain Trump (invité au défilé du 14 juillet sur les Champs-Élysées !), le militaire égyptien Sissi et le sinistre Poutine!  Tout cela en étant extrêmement discret et très inefficace face à des pays violemment homophobes comme la Pologne, la Turquie, la Hongrie, l’Algérie. En janvier 2018, Macron a reçu en grande pompe, à l’Élysée, le tyran homophobe Erdogan, dirigeant de la droite intégriste et nationaliste de Turquie. 
  6. Les rares députés élus sous étiquette LREM ouvertement gays/homos devenus ministres sont devenus des fantômes politiques : Franck Riester (venu de LR et se définissant toujours comme de droite) a été un furtif ministre de la Culture (durant 20 mois, exfiltré ensuite à un poste où il est aussi inaudible) inefficace et inexistant, et Mounir Mahjoubi (pendant 22 mois chargé du Numérique) ne se représente même pas aux législatives de juin 2022 ! Qui prétendrait dresser d’eux un bilan pro LGBT majeur, qui les jugerait comme pesant vraiment dans les équipes de Macron ou dans les médias ?
  7. Hausses records des violences anti-LGBT (insultes, menaces, agressions), y compris avec des meurtres, ces dernières années, le pinkwashing constant des pro-Macron ne peut effacer ces victimes bien réelles (cf. article mi 2021), 
  8. En présentant son programme mi-mars 2022, Macron a osé prétendre en réponse à un journaliste et pour atténuer son refus ferme anti-GPA, que l’adoption par des parents français d’enfants nés par GPA à l’étranger aurait été facilitée par son gouvernement : c’est totalement faux ! 
  9. Refus constant de Macron et sa majorité LREM, depuis 2017 (alors que tous les autres partis étaient pour !), de « déconjugaliser » l’AAH (Allocation Adulte Handicapé), qui concerne bien des couples LGBT, dont le niveau de vie et le bas pouvoir d’achat est ainsi encore plus fragilisé. 
  10. En 2017, Macron avait clairement promis de faire baisser le RN/Le Pen et l’extrême droite, qui sont des ennemis historiques et durables des LGBTI+. Il avait prétendu qu’il « ferait tout » dans son quinquennat pour qu’il n’y ait « plus aucune raison de voter pour les extrêmes » : 5 ans plus tard, nous avons carrément 3 candidats d’extrême droite en lice (Le Pen, Zemmour et N.Dupont-Aignan) pour l’élection présidentielle et avec un possible score global inédit ! 
  11. Macron est le premier Président de la République en exercice à avoir donné une interview exclusive à l’hebdomadaire réactionnaire et très homophobe « Valeurs actuelles » (31 octobre 2019), 
  12. Efforts portés surtout sur la communication et les petites manips (et même un réel lobby tentant un pénible pinkwashing), loin des vraies actions durables et financées, avec copinage aggravé du gouvernement (Schiappa) avec le millionnaire vulgaire Hanouna (cf. TPMP sur C8, du groupe Vivendi de Bolloré), lui aussi condamné pour homophobie. Il s’est aussi publiquement dit (début 2022) très proche de Brigitte Macron. 
  13. Alors que la PMA pour les couples de lesbiennes et les femmes célibataires est validée depuis juin 2017 par le Comité d’éthique (CNCE), la loi a enfin été votée, sans vigueur, sans vraie conviction ni élan, très incomplète, avec de gros oublis volontaires, de nouvelles discriminations et donc pas satisfaisante selon tous les acteurs de terrain et même certains députés de la majorité de Macron, et seulement mi 2021 : plus de 4 ans de perdu, avec les recours de la droite (LREM n’a même pas daigné, début juillet, demander l’urgence de seulement 8 jours au Conseil Constitutionnel, faisant encore perdre quelques semaines aux futures mères), les délais d’application et les listes d’attente dans les centres de fertilité aucun bébé PMA « Made in France » ne fera de lesbiennes des mamans d’ici là prochaine élection présidentielle des 10 et 24 avril 2022, 
    1. Avant les élections régionales et départementales de juin 2021, le gouvernement Macron jurait que les décrets d’application de la PMA sortiraient « dès l’été » pour que le processus débute enfin, et sans gêne quelques semaines plus tard cela devient « fin septembre »
    2. alors que la PMA était prévue et X fois annoncée pour 2018, plusieurs médias nationaux ont titré en novembre 2021, une fois la loi votée et en théorie appliquée avec les décrets enfin parus, presque rien n’a été préparé pour anticiper la très prévisible hausse des demandes. Centres PMA débordés, mal organisés parfois et peu attractifs pour les donneurs de sperme. Bilan : de 9 mois à 1 an d’attente pour les premiers rendez-vous où trouver un don de sperme ! #FiersDêtreDesAmateurs
  14. Bilan sur la loi à la fois tardive et mal fichue sur la bioéthique avec la PMA pour toutes (articles de presse en mars 2022) : délais délirants d’un an en moyenne, et femmes de seulement 40 ans refusées à l’hôpital (alors que la loi le permet jusqu’à 42 ans révolus) ! https://twitter.com/le_parisien/status/1504740151456641024?s=21 
  15. Le nouveau Plan LGBT national pluriannuel a été présenté avec… 1 an de retard, ce qui a valu une dégradation de la note de la France au classement de l’ILGA-Europe ! Et hélas surtout sans nouveau moyen humain ou financier, en octobre 2020
  16. Un professeur gay de Perpignan (lycée Jean-Lurçat) a révélé fin mars 2022 être victime de harcèlement constant (mettre anonyme, menaces, graffitis, féminisation de son titre, moqueries) au sujet de son orientation sexuelle depuis des années, notamment d’une collègue prof d’espagnol, mais aussi d’un inspecteur d’académie : après 2 décisions de justice (dont la 1re en février 2019 !) en sa faveur, doublées d’un rapport édifiant du Défenseur des Droits (paru en juillet 2021), il affirme être totalement abandonné par son ministre de l’Éducation nationale, qui n’a en rien réagi pour stopper ces actes, écarter et sanctionner les auteurs pensent que lui est atteint et parfois mis en longue maladie. Sa conclusion est glaçante : « Devant l’inaction de ma hiérarchie, j’ai dû mener moi-même le combat devant la justice. Et aujourd’hui, cette situation se retourne contre moi. Un inspecteur m’a accusé, lors d’une réunion en présence de trois membres de l’équipe de direction de mon lycée, de terroriser mes collègues à force de judiciariser mes relations. Alors que je suis victime, certains m’accusent d’être le bourreau » ! 
  17. Une professeure dans un lycée du Rhône a été interdite de cours après avoir porté un masque arc-en-ciel désigné comme un signe politique par l’académie. La proviseure a indiqué à l’enseignante « Je vous ai rappelé que vous deviez respecter, en tant que fonctionnaire, le principe de neutralité dans l’exercice de vos fonctions et que si vous n’ôtiez pas votre masque, je vous demandais effectivement de ne pas prendre vos classes. » Le 11 mai 2021, lors d’un entretien avec des responsables académique et le référent « Valeurs de la République », il est indiqué à l’enseignante que le masque est une provocation pour inciter les élèves et prôner un certain genre de sexualité. Les interlocuteurs ont « également employé le terme d’ » obédience » pour parler de l’appartenance à la communauté LGBTQI. »
  18. Fichages policiers en tous genres, dont celui des LGBTI, cf. le sinistre fichier condamné en justice GendNotes, 
  19. Augmentation (depuis juillet 2021) des congés paternité à 28 jours (dont 7 sont obligatoires) pour tous les pères… sauf pour les papas gays, un choix hallucinant et discriminatoire ! 
  20. En octobre 2021, la jeune Dinah, une ado lesbienne harcelée depuis de longs mois, s’est suicidée par pendaison, après une première tentative en mars 2021, sans entretemps aucune vraie enquête ou réaction de l’Éducation nationale.
  21.  Des mineures trans toujours très mal traitées par l’État français et ses hauts représentants (préfets, recteurs d’académies) en région, avec mégenrages et suicides (dont Fouad, une lycéenne trans de 17 ans à Lille en décembre 2020), 
  22. Les 2 plus grandes assoces trans de France ont été refusées dans le comité de suivi du très tardif nouveau plan LGBTI pluriannuel du gouvernement dévoilé fin 2020, 
  23. Les LGBTI+ ont été clairement exclus de la Loi Sports des ministres JM. Blanquer et R. Maracineanu, malgré les protestations des associations expertes qui pour certaines ont plus de 22 ans ! 
  24. À la mi-mars 2022, l’équipe homophobe de Pécresse (LR) a affirmé que « Macron a entièrement copié », parlant même de « photocopieur », son programme de droite ! Le jour même de la présentation de son programme, le 17 mars 2022, le sortant Macron n’a pas exclu que ladite Pécresse devienne sa ministre. Donc en effet, il y a de ça. 
  25. Une enquête de Mediapart a révélé début novembre 2021 comment les équipes LREM du ministre de l’Éducation et des Sports Blanquer ont fait censurer, corriger fortement et réduire une circulaire sur les élèves trans en milieu scolaire ! 
  26. En 2017, Macron écrivait : « Je m’engage à ce que les enfants issus de la GPA nés à l’étranger voient leur filiation reconnue ». 5 ans plus tard, hélas, Macron a fait voter l’inverse de sa promesse : la fin de l’automaticité de cette reconnaissance familiale, fragilisant le quotidien de ces enfants et de leur famille !
  27. Députée de Paris (12e et 20e arrdt), avocate d’affaires, membre des instances dirigeantes et une des X porte-paroles de LREM, Mme Avia a été accusée (mai 2020) de harcèlement, de double discours et de propos très douteux par 5 (ex) collaborateur·rice·s à l’Assemblée : elle aurait notamment parlé de « l’amendement des pédés », sa défense a notamment consisté à révéler l’homosexualité d’un de ces ex-collaborateurs. 
  28. Tragiques retards en France dans la prévention, les dépistages et le suivi face au VIH-sida, avec de graves reports de la prescription de la Prep par les médecins généralistes, et pas un seul mot sur le VIH-sida et les IST dans le programme 2022 de Macron ! 
  29. Bien que condamnée plusieurs fois au plan mondial (ONU), la France n’a en rien interdit ou changé ses pratiques chirurgicales mutilantes (non vitales) sur les bébés intersexes de 2017 à ce jour ! 
  30. Une flopée de lois et mesures clairement de droite, antisociales et injustes (APL en baisse, pas de coup de pouce aux salaires & au SMIC, étudiants à la soupe populaire, baisse des constructions HLM et manque criant de logements étudiants, inflation record depuis 40 ans), qui ont accru la précarité également de beaucoup de LGBT, jeunes ou séniors, urbains ou ruraux, 
  31. Refus de citer l’homosexualité du grand résistant décoré Daniel Cordier (ex-assistant de Jean Moulin) lors de ses obsèques nationales en novembre 2020, alors qu’il revendiquait son homosexualité. 
  32. La France ne consacre que 110 000 € par an aux droits LGBTQI+ dans le monde. Suède : 12,6 millions, Royaume-Uni : 7,8 millions, Pays-Bas : 5,7 millions €…
  33. Aucun progrès réel pour les droits et le quotidien des trans en France depuis 2017 ! Un statuquo hypocrite global, des démarches trop longues qui exposent à trop de fragilités et de moqueries (et bien pire), avec même un refus discriminatoire de les intégrer pour la PMA ! 
  34. Inaction flagrante et tragique résultat nul de la France face à l’aggravation de lois anti-LGBT au sein même de l’Europe, en Pologne et Hongrie notamment, alors que l’UE et d’autres pays (Pays-Bas, Luxembourg) ont nettement élevé le ton au début de l’été 2021 et (enfin) précisé les menaces de mesures de rétorsion concrètes ! 
  35. Éducation nationale : Selon une enquête de #NousToutes parue début 2022, seuls 13 % des 3 séances annuelles d’éducation à la sexualité promises dans les collèges et lycées dans nos lois (depuis 2001 !!!) sont bien réalisées ! Le même rapport questionne sur le contenu et la qualité de rares séances menées, centrées sur « une approche purement biologique de la vie affective et sexuelle ». Combien abordent de manière efficace et juste les sujets LGBT ? 
  36. Refus initial très clair des pro-Macron (entre 2017 et mi 2021) de voter pour une simple loi pour agir vraiment contre les scandaleuses pseudo « thérapies de conversion » (une PPL existe depuis 2018 !), l’équipe de Macron osant même prétendre publiquement, en mai 2021 (via la ministre Moreno https://twitter.com/publicsenat/status/1394182932160516098?s=21) que les thérapies de conversion seraient déjà « strictement interdites » et en juin 2021 que les lois actuelles suffiraient à éradiquer ces pratiques religieuses anti-LGBT : c’est faux ! (cf. collectif « Rien à guérir »). Ces pratiques sont interdites par la loi en Allemagne ou au Brésil notamment. La loi a finalement été votée fin 2021, très tard, sans vrais moyens pour en vérifier l’application réelle ! Entretemps des milliers de jeunes LGBT ont dû subir ces tortures physiques et mentales. 
  37. Il y a eu 4 ans d’incarcération (depuis 2017) cruelle et barbare pour Fabien Azoulay, français, gay et juif emprisonné et torturé dans les geôles du tyran homophobe Erdogan en Turquie, au péril de sa santé et de sa vie ! Enfin transféré (pour y effectuer sa peine sans risque aggravé ?!) à la France le 17 juillet 2021 l’État Macron s’est mobilisé seulement après la forte médiatisation de cette tragique situation ! Enfin libéré de sa prison en France début novembre 2021, mais dans quel état ? 
  38. Malgré l’extrême fragilisation des assoces LGBT (jeunes, étudiants, séniors, trans, sports, culture, santé sexuelle) au bout d’un an et demi des effets – directs et indirects – de l’épidémie de covid, aucun geste clair et aucun effort pour vraiment les soutenir ! 
  39. Alors que des propos clairement hostiles à l’égalité des droits pour les LGBT (comparant homosexualité et zoophilie : critiquant le mariage des homos en évoquant une possible union entre un homme et sa jument !) ont été tenus (et filmés) en septembre 2020, par un professeur de droit (M. Aram Mardirossian) à la très prestigieuse université de La Sorbonne, aucune vraie sanction (il a eu un simple « rappel à l’ordre » et a reçu le soutien de 10 collègues dans une tribune dénonçant « la police de la pensée » dans les universités) à l’été 2021 et aucune investigation pour savoir si de tels propos sont régulièrement tenus dans d’autres facs ! 
  40. Avec la loi « Asile et immigration » de 2018, Macron a directement causé le renvoi de réfugiés LGBT dans des pays pourtant très dangereux pour eux, dont certains criminalisent l’homosexualité et les trans. Les acteurs de terrain, comme l’ARDHIS notamment, ont constaté des difficultés accrues pour accueillir et régulariser des réfugiés LGBTI+, à contrario des droits humains et du bon sens. 
  41. C’est seulement grâce à un recours en justice porté au Conseil d’État que la France a été contrainte de retirer, en juillet 2021, 3 pays (Sénégal, Ghana et Bénin) de la liste (établie avec ces noms en 2019, sans le sillage de la « loi asile et immigration » de Macron) des pays soi-disant « sûrs » de l’OFPRA qui permet au gouvernement d’y renvoyer des réfugiés LGBTI refusés par Macron, 
  42. Le 3 décembre 2021, la ministre Schiappa a reçu et glorifié au ministère de l’Intérieur des femmes militantes transphobes (TERF).
  43. Fin 2021, la régie publicitaire choisie par les entreprises d’État RATP et SNCF ont refusé d’afficher la couverture du magazine « Têtu » avec le chanteur queer Bilal Hassani présenté en Madonne.
  44. Le Canard enchaîné a révélé fin 2021 que l’équipe de cuistots dédiée au ministre LREM de l’Éducation et des Sports JM. Blanquer est constamment sexiste et homophobe, et qu’une jeune femme dénonçant ces faits en cuisine a été virée.
  45. Le ministre de l’Intérieur G.Darmanin avait « convoqué » l’archevêque de Reims et Président de la Conférence des Évêques de France (CEF), Éric de Moulins-Beaufort (très anti-LGBT) en octobre 2021 pour ses propos : « le secret de la confession est supérieur aux lois de la République » face aux crimes pédophiles de milliers d’hommes d’Église c’était en fait surtout pour le préparer ce que le ministre lui remette la Légion d’honneur le 6 décembre 2021, juste 2 mois après !
  46. Le 4 décembre 2021 : Macron est le 1er chef d’un État démocratique à avoir rencontré et serré la main de « MBS », le prince héritier de la pétromonarchie ultraconservatrice d’Arabie Saoudite (pour lui vendre des armes notamment) en 3 ans, après le scandale du meurtre et démembrement du journaliste Jamal Khashoggi, alors également que ce pays condamne les LGBT à mort (comme seulement 11 autres pays du monde) par lapidation notamment.
  47. Les équipes de Macron, en 5 ans, ont été incapables de fixer des règles efficaces contre le cyberharcèlement (réseaux sociaux) subi notamment par les LGBTI+, jeunes ou moins jeunes, malgré une grotesque proposition de loi Avia très mal fichue et donc presque entièrement vidée de son contenu par le Conseil constitutionnel.
  48. Macron rencontre le leader hongrois ultra homophobe Orban à la mi-décembre 2021 et évoque avec lui les moyens de sécuriser les frontières de l’Europe. Service ultra minimum sur les LGBT… Macron aura juste constaté que la Hongrie « a la volonté assumée de ne pas avancer » sur l’État de droit ou les discriminations d’ici les élections d’avril. « On a parlé des autres sujets » afin de « faire avancer l’agenda européen », a indiqué le président français. 
  49. Le pseudo « roi des forains » pro-RN Campion, viré de son emplacement par la mairie de Paris suite à X poursuites judiciaires et propos homophobes, mais « sauvé » par l’État Macron via le Louvre et les Tuileries (cf. ministère de la Culture) pour poser ses stands et manèges avec visites et photos sur place notamment de Mme Macron à la clef.
  50. Selon les engagements du gouvernement de Macron et la loi bioéthique votée mi 2021, la fin de la période « d’abstinence » de 4 mois imposée aux seuls gays pour le fond de sang devait prendre fin dès le 1er janvier 2022. Ça n’a pas été le cas… report tardif mi-mars 2022 ! 
  51. Fin janvier 2022, les sénateurs pro-Macron (« groupe RDPI »), suivant l’avis du gouvernement LREM, ont été les seuls à voter contre la suppression des questionnaires de santé des assurances d’emprunts, mesures vivement demandées par les associations de lutte contre le VIH-Sida, dont AIDES notamment ! 
  52. De mi 2016 à 2020, Macron s’est affiché publiquement comme étonnamment proche du religieux traditionaliste et homophobe Philippe de Villiers (celui-ci témoignant même d’une certaine complicité), avant que sur celui-ci ne soutienne l’extrémiste Zemmour dès 2021. Depuis fin 2021, Macron s’est mis à échanger de manière + régulière avec le très homophobe et raciste Robert Ménard, maire de Béziers (apparenté RN) multicondamné, époux de la très homophobe députée Emmanuelle Ménard, père du site réactionnaire, extrémiste et anti-LGBT Boulevard Voltaire. Ledit Ménard ne cesse depuis de ménager et même saluer l’action de Macron. Dis-moi qui tu fréquentes.
  53. En mars 2022, après avoir publié son programme très à droite, Macron a publiquement dit que l’anti–LGBT Pécresse (héritière revendiquée du LR homophobe et mis en examen Fillon), participante à la Manif pour tous et qui voulait démarier les couples homos, pourrait tout à fait être sa ministre.
  54. À plusieurs reprises dans le quinquennat 2017–22, l’État Macron (via les préfectures) a fait pression dans plusieurs villes de France (Toulouse, Paris) pour sortir du centre-ville, réduire à minima, voire interdire sous X prétextes non recevables, des évènements LGBT (salon, expo) et même des « marches des Fiertés/Prides » annuelles !
  55. Annonce en février 2022 de la nomination (sur proposition de Macron lui-même !) de Jacqueline Gourault, ministre – par accord de parti – au bilan introuvable, au Conseil constitutionnel (juge suprême validant ou pas nos lois !). Outre son incompétence juridique évidente, cette élue Modem avait clairement affirmé son opposition au mariage pour tous et à l’homoparentalité (adoption, PMA). Donc Macron a recasé une alliée en nommant (encore) pour 9 ans une personne anti-LGBT à un poste-clé de la République !
  56. Macron a reçu 3 fois en grande pompe, en France, le tyran et va‑t’en-guerre anti-LGBT Poutine : sous les ors du château de Versailles [dès le 29 mai 2017, juste 2 semaines après son élection, ce fut bien le tout 1er chef d’État reçu dans le quinquennat !], en novembre 2018 [cf. les 100 ans de l’Armistice] et encore à la très intime « résidence présidentielle » du Fort de Brégançon (été 2019, Macron vantant alors le « grand libéral » Poutine Et en août 2019, Macron appelle d’ailleurs à réintégrer la Russie au G7) en redisant alors vouloir lier avec lui des liens plus forts. En sus : le couple Macron a aussi tenu à être reçu au Kremlin par le dictateur Poutine, tous sourires, en juillet 2018, au détour de la Coupe du monde de foot, que va-t-il se passer en 2022 au Qatar, si Emmanuel Macron est reconduit ? 
  57. L’Agence de Biomédecine a publié début mars 2022 un 1er bilan de l’application de la PMA pour toutes votée trop tardivement mi 2021 en fin du quinquennat Macron. Le très maigre constat est sans appel : au 31 décembre 2021, seuls 2 300 premiers rendez-vous sur 6 800 demandés par des femmes ont pu être assurés [soit seulement un tiers des demandes !], faute de moyens notamment humains dans les services dédiés, et seulement 6 tentatives de PMA [soit 0,088 % des femmes demandeuses] ont été réalisées pour ces femmes en France, donnant 1 seule grossesse en cours, extrêmement loin « des premiers bébés au printemps » 2022 promis par le ministre Olivier Véran. 
  58. Dans le quinquennat finissant, hélas aucun progrès sur le nombre de condamnations effectives suite aux plaintes pour violences sexuelles et viols, d’enfants [pédophilie et inceste : 70 % de classement sans suite en justice d’après le rapport 2022 de la structure gouvernementale Ciivise] comme de femmes adultes, ce qui inclus des jeunes LGBT abusés et victimes de séquelles lourdes, 
  59. Principal allié de Macron et LREM, Bayrou [chef du Modem] a fait le choix, fin février 2022, de collecter des parrainages d’élus pour permettre à des candidats extrémistes et homophobes comme Zemmour et Le Pen d’être présents dans la course à l’Élysée et donc aussi de promouvoir durant la campagne (médias, discours, documents de campagne, sites web, réseaux sociaux) leurs idées anti-LGBT ! 
  60. La ministre LREM Schiappa est allée sans gêne au « grand débat des valeurs » des droites [avec LR, RN et Zemmour], avec des objectifs et un discours réactionnaire autour de la mouvance « la Manif pour tous (LMPT) » et de l’hebdo homophobe Valeurs actuelles le mardi 22 mars 2022 Paris 15e), à 19 jours de l’élection présidentielle 2022 ! Remerciée pour sa participation à la fin par les organisateurs, elle a jugé très « normal » de dialoguer avec l’extrême droite. 
  61. Dans son programme, publié très tardivement [le 7 mars 2022], Macron n’écrit qu’une seule fois le mot « LGBT » (et le mot/sujet n’apparaît absolument nulle part dans la version résumée ‑16 pages – diffusée lors des tractages de rue) et c’est juste pour se flatter de son bilan tardif et en trompe‑l’œil : zéro mesure pro LGBT+ prévue pour les 5 années qui viennent. Et dans la « profession de foi » de Macron envoyée via la Poste à tous les électeurs juste avant le vote, zéro mention des LGBTI.