Les 15 et 22 mars prochains, les élections municipales permettront de choisir les exécutifs locaux de nos villes et métropoles pour les 6 prochaines années. Comme tous les échelons territoriaux, les mairies ont des compétences et des capacités d’action qui peuvent faire d’elles des outils politiques d’émancipation et de lutte pour l’égalité.

L’échelon municipal, première étape

Depuis la délivrance des certificats de vie commune dans les années 90, jusqu’à la célébration en mairie des Pacs en passant par des actes concrets d’aides aux associations, de prises de position publiques, les mairies peuvent changer la vie, à leur niveau.

Tous les pas pour l’égalité, la fraternité et la liberté qu’une commune peut réaliser est une avancée partout, pour tou·te·s, avec le rayonnement politique de la démonstration de l’engagement d’élu·e·s convaincus par la nécessité de la lutte contre les discriminations. L’inverse est également valable, hélas.

Des candidatures qui avalisent les discours de haine

HES dénonce les candidat·e·s et maires sortant·e·s et leurs colistier·e·s qui, par leur soutien public aux actions et discours de groupuscules bruyants anti LGBT+, mais minoritaires, contribuent à la diffusion de discours de haine, et aux actes violents qui en découlent.

HES dénonce le parti autoproclamé « progressiste », au pouvoir depuis 2017, qui valorise et soutient de trop nombreu·x·ses candidat·e·s et responsables aux antipodes des valeurs d’égalité et de justice républicaine. Alors que les personnes LGBTI+ continuent de subir des discriminations, des agressions et que les actes violents ont été en augmentation ces dernières années, ce sinistre et cynique « pinkwashing » ne fait pas illusion.

Pour un projet de société égalitaire, un choix clair

Dans de nombreuses villes de France, des listes En Marche présentent des candidates et candidats qui ont combattu contre l’égalité des droits, ont tenu des discours hostiles, violents à l’encontre des personnes LGBTI+, et ont eu un positionnement opposé aux subventionnements des assos LGBT, aux « Marche des Fiertés », au mariage pour tous, à la PMA pour toutes… Ils et elles ne sauraient être un choix possible pour les citoyen·ne·s qui souhaitent défendre un projet de société plus égalitaire.

Les 15 et 22 mars, HES appelle à voter pour des listes ayant prouvé leur attachement à bâtir des espaces solidaires et d’accueil de tous les publics, à créer les conditions de l’émancipation. Des listes qui démontrent, par leur bilan, leur discours et leurs programmes qu’elles souhaitent poursuivre et mettre en œuvre ces mêmes démarches. C’est du PS, du PRG et de l’union de la gauche que sont naturellement issues ces listes.

20 propositions pour 2020

HES a travaillé sur 20 propositions pour 2020 que tout exécutif local socialiste, radical et d’union de la gauche peut mettre en place.

HES soutient évidemment toutes les listes de gauche, écologiste, citoyenne et solidaire qui reprendront ces propositions dans leur combat contre les discriminations et pour le respect des personnes LGBTI+.

Les propositions d’HES pour les municipales :