Depuis des années, l’ILGA-Europe analyse la sit­u­a­tion des droits des per­son­nes LGBTI dans les pays d’Europe. Elle livre un classe­ment annuel des pays avec une échelle puis un taux de rem­plis­sage des critères qu’elle établit et qui sont mis à jour régulière­ment.

Elle dif­fuse une carte d’Europe et un index, ain­si qu’une revue annuelle de chaque pays pré­cisant les change­ments apportés à sa lég­is­la­tion, les jurispru­dences sor­ties et l’état poli­tique de leur société.

Vous trou­verez, ici la posi­tion de la France, depuis l’année la plus récente jusqu’à la plus l’ancienne. Les flèch­es illus­trent l’évolution du score de la France depuis l’an­née précé­dente.

2020

Le classe­ment de 2020 représente une chute sans précé­dent pour la France dont les lois et les poli­tiques nationales n’évoluent plus, alors que celles de nos voisins con­ti­n­unent de pren­dre en compte les réal­ités de la société et des per­son­nes et familles LGBTI. Le dés­in­térêt du gou­verne­ment est évi­dent.

Notre analyse du classe­ment 2020 : Chute inédite et dra­ma­tique de la France au classe­ment ILGA Europe : les LGBTI n’existent pas vrai­ment pour ce gou­verne­ment et Macron

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

2018

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

2016

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

2014

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

2013

sur 49 pays

%

au score ILGA Europe

2012

sur 49 pays

échelle de ‑12 à 30

2011

sur 50 pays

échelle de ‑7 à 17

2010

1re édi­tion où un rang est don­né à la suite d’un place­ment sur une échelle, l’édition ne con­cerne que les les­bi­ennes, gays et bis, les critères sur les droits des per­son­nes trans sont encore absent de cette analyse.

sur 50 pays

échelle de ‑4 à 10